GameTrip : jeux vidéo oldies, tests, dossiers, vidéos

Darkwing Duck: canard confit(né) contre les laquais du crime

  0 avis
Jeu GB | Plates-Formes | Edité par Capcom | Sorti en Février 1993
Voir la fiche
Plus rapide que l'éclair, dans un monde infernal, il s'en va faire la guerre, aux forces du mal. Dans la jungle des villes, il n'a pas le trac, il attaque! MYSTER MASK!

TLDR

FUN
Assure un Mask
JOUABILITÉ
Saut de la mort
TECHNIQUE
Capcom dans la place
NOSTALGIE
Dessin animé!
Une petite piqûre de rappel est potentiellement nécessaire pour les plus jeunes comme pour les plus vieux (bref, ceux n’ayant pas été gamins au début des années 90). Et pour ne pas avoir de problème de droit, je vous demanderai d’aller écouter et regarder le générique du dessin animé Myster Mask sur votre plateforme de vidéo en ligne préférée.
Maintenant.
J’insiste.
Ah ben, on va le mettre ici en fait.
Voilà, maintenant que c’est fait, passons à la suite.

Ca craint un mask

L'aviez-vous seulement compris?
C'est dingue, en regardant ça (ne me dites pas que vous êtes venus là sans avoir lancé la vidéo, si?), ce que ça peut ramener en arrière. Ça me rappelle la cassette de dessins animés de mon grand-père, que je regardais l'après-midi en été quand il faisait la sieste. Ah les souvenirs... Mmh? Le test? Vous vous en foutez de ma vie? Mmmf... Bon. Darkwing Duck, on le connaît sous le nom de Myster Mask dans l'Hexagone. Pourquoi remplacer un nom anglais par un nom anglais? J'en sais rien. Peut-être parce que sinon ça ne rime plus avec le «ça craint un mask» (notez que ça ne rime pas avec Duck de toute façon…).

Trop la quack!
Ses aventures se passent à Bourg-les-canards (bande de zoophiles!) où il combat le FOWL, pour Forfaiture Obscure double Véreuse de Larcin. Oui, ça ne veut pas dire grand-chose. Cela dit, le nom original c'est The Fiendish Organization for World Larceny ou Organisation Monstrueuse pour le Vol Mondial. Mais comme OMVM c'est encore plus nul, ils ont gardé FOWL (qui, par ailleurs, veut dire volaille dans la langue d’Eric Chahi... Mais imaginez s'ils avaient renommé l'organisation VOLAILLE, ça aurait donné un truc du genre Vilaine Organisation de Larcin Acariâtre mais Idiot Lors du Lever Endormi, c'est pas fabuleux non plus...) [nd Jivé: dis, il vient ton test?]

Magret de canard
Et le méchant s'appelle Bec d'Acier. Myster Mask, lui, son vrai nom, c'est Albert Colvert (pauvres de nous...) et il est accompagné de sa fille adoptive (ils ont vraiment un problème chez Disney avec la filiation) Poussinette et de son pote Flagada Jones. Oui, le même que dans la Bande à Picsou. Et oui, je n'ai toujours pas commencé à parler du jeu. Mais je ne vais pas pouvoir continuer bien longtemps...

Je suis à la justice ce que la sardine est à l’huile

Un bien beau volailler!
Bon, comme ça, on dirait que je ne veux pas y jouer, ce qui n’est pas tout à fait faux… Mais vraiment pas vrai quand même. Dès l'allumage de la console, on en prend plein la rétine! Notre cher Albert (le cinquième mousquetaire?) est parfaitement imbu de sa personne. Ou alors il est très classe. Je sais pas trop. Vilaine Organisation de Larcin Acariâtre mais Idiot Lors du Lever EndormiMais toujours est-il qu'on a droit à une cinématique (un tour à moto, en avion) sur fond de la musique du générique, ça donne envie de s'y mettre! Mask est envoyé en mission par le commissaire Magret… (Je sens que je vais avoir du mal à faire de plus mauvais jeux de mots. Vous pensez qu'il y a un personnage nommé Alorange?)

Bref. Il nous demande de sauver le monde, tout en récupérant de l'or, cassant la figure des méchants et... Sauver le monde. Ouais deux fois c'est mieux. Et c'est l'ami Flagada qui doit nous parachuter dans l'une des trois zones du jeu.

Triple pontage canararien

L'aviez-vous seulement (encore) compris?
Allez, commençons par le pont. Il faut s'occuper de Quacker Jack qui empêche la construction du pont. Il m'a l'air bien avancé pourtant. Bah... Le temps de s'y écraser, nous y voilà. Le niveau commence par Mask hurlant au vent I am Darkwing Duck!, des fois que la bande de Jack (qui va couler avec le Titanic, car il coule quand Jack Napier) n'ait pas vu l'avion. Autant annoncer la couleur tout de suite (je vous aide: c'est du violet en teintes de vert).

Un Koopa chez les canards?
La musique est extra, elle swingue bien! M. Colvert est très bien animé, bien que ses sauts soient un peu lourds (j'ai comme l'impression que ça va pas aider ça...) Il saute, tire, se planque dans sa cape et s'accroche aux éléments au-dessus de sa tête. Bon début. A peine démarré que le commissaire Magret (ah ce fabuleux générique à l'harmonica, Bruno Cremer, quel homme...!) balance ce fieffé volatile dans un niveau bonus où il meurt avant même que votre serviteur n’en ait compris le but. Oui, mort dans un niveau bonus, à la fraîche. Ca jette un froid… [Nd Jivé: UN FROID DE CANARD! Je l'ai!]

Pétage de câble (!) en approche...
Recommençons donc… Comme suggéré plus haut, les sauts demandent une minutie assez importante, quelque peu crispante. Quelque peu. Pour le moment. Tiens d'ailleurs, entre deux chauve-souris et canards robots, un Koopa téléguidé attaque notre canard masqué. Normal. Et allez... Première mort due aux sauts foireux. Après 2 minutes. Ça s'annonce bieeeEEEeeen! Au passage, on récupère des armes alternatives, genre ventouse ou éclair en diagonal. Le tir se change avec Select. C’est plutôt cool. Et... Premier Game Over... Face à un canard qui lance des couteaux... Enfin, au moins j'aurai pu essayer le niveau bonus: il faut tirer sur des Pokéballs pour gagner des diamants. Des Racaillous quoi.

Il n'a jamais tort, foi d'alligator

Espèce de canard!!!
Au fait, j'ai précisé que le contact avec un ennemi vous est fatal (enfin presque, on a 4 points de vie) mais ne lui fait rien? Oui, je sais, c'est une convention. Mais c'est pas juste. D'ailleurs, le canard lanceur de couteaux n'est pas le boss, mais un ennemi normal. Il s'avère que se planquer derrière sa cape protège des lancers de couteau. Bon à savoir. Bref, j'ai atteins le premier boss. Une copie canard (à défaut d'une copie conforme) du Joker de Batman. On a les ennemis qu'on mérite! Et il est chiant à battre, mais chiant! Déjà, on est sur deux étages. Il fait en sorte de nous éviter pour ne pas prendre nos tirs. Si c'était que ça, ça irait, mais tout en haut, un nain nous balance des perruques (ou des peaux de banane, je ne sais pas trop). Il semblerait que la perruque soit létale pour un canard. Ou alors il est allergique. Ouais, ça doit être ça. Bon. Changeons de niveau.

Tu appelles au secours et il accourt

Que sont donc ces canarderies?
Cette fois, allons en ville combattre Wolfduck. Loupcanard. Canard Garou? Wereduck??? A priori, il devient dingue quand la lune se lève, donc je ne dois pas trop me planter! Et là, on peut dire que Bourg-les-canards est une ville bien crade, avec des peaux de bananes (encore!) partout. Et des canards lance-flammes. En fait, on est peut-être dans Robocop (qui doit bien lui aussi avoir sa parodie plumée). Enfin, après quelques tours en ballon, me voilà devant le fameux canard garou. Il lâche des caisses… en bois, bande d’esprits mal tournés!

Et lui aussi, il est chiant... Des nuages passent devant la lune, du coup il redevient un petit canard ridicule et fragile. Mais il court à toute vitesse, et bien entendu, on prend des coups s'il nous effleure alors qu'il fuit!

Aux chiottes!

Particulièrement décevant, après l'intro du jeu...!
Et tant pis, je passe au dernier niveau. Enfin quand je dis dernier, c'est le dernier accessible au début. En tout il y en a 7, le but étant d'arriver tout en haut de la tour centrale pour vaincre Bec d'Acier. Mais ça, je ne le verrai jamais sur mon bon vieux système portatif et ludique qu’on appelle Game Boy (ce qu’il faut pas faire pour éviter de lui donner un genre!). Maintenant, direction les égouts – c’est original – où Liquidator sévit. Encore un dont le nom a sûrement nécessité une longue tempête de cerveaux… Mais qu’importe, c'est le Game Over de trop.

Pourquoi? Un parcours tordu et particulièrement dangereux, et vous savez quoi? C'est pas compatible avec des sauts trop lourds. Mais vous savez ce que c'est, le pompon? C'est que le jeu est beau, oui, mais qu'il rame dès qu'il y a 3 éléments qui bougent à l'écran! Hé Gudule, tu sais que c'est à peu près infaisable de faire des sauts précis quand c'est lourd ET que ça rame? Ben nan, hein?

Colvert pépère

Myster Mask, attaque Vantardise!
Le jeu est beau, très bien animé, plutôt varié bien que, très logiquement, les graphismes soient surtout urbains. Les petites vidéo d'avion, de Mask qui arrive en jeu en se la pétant à mort à grand coups de cape, tout ça met bien dans l’ambiance et est parfaitement réalisé. A ce niveau-là, une grande, grande réussite! Pour accompagner ladite variété, le jeu propose 7 niveaux. Ça se boucle en une grosse demie heure quand on connait bien (dixit les vidéos du jeu en ligne), mais il en faudra bien plus pour maîtriser tout ça. Les niveaux sont tout de même relativement longs, et ne renient honnêtement pas les Megaman du même Capcom.

Non mais c'est bon maintenant...
La musique est tout bonnement excellente! Elle se permet même, appui de Disney le permettant, de reprendre le thème original de la série. Et c’est cool! Le jeu se permet même un semblant de scénario, c’est dire! Mais la faiblesse, à mon sens, et c’est embêtant pour un jeu de plateformes, ce sont ses sauts. Mask fait des sauts petits, lourds et lents. C'est juste super chiant. Si on rajoute les ralentissements, on a la totale. Le pire, c'est que ça aurait pu être parfait, avec les différentes petites idées qui parsèment le jeu: tour en ballon, interrupteurs aux effets divers et (canard à)variés, armes différentes. Ben non, dommage. Très dommage. - Torché le 08/05/2020 à 11h49 par Flappy.
La péroraison
Franchement, il n’est pas passé loin du 8 voire du 9. Mais que voulez-vous, il fait des sauts trop petits, ils n’atteignent que le 7. C'est déjà pas mal hein. Avec des graphismes somptueux et une musique très sympa, ce Darwing Duck aurait pu faire bien mieux qu'être un simple souvenir de vacances chez Papy, entre un Super Baloo et un Tic et Tac!
Futur en tailleur
Sur chaque test, l'auteur se met en tailleur pour se poser une ultime question: «avec le recul, aujourd'hui, quel jeu m'a procuré autant de sensation que cet oldie?» Darwing Duck est un des nombreux représentants de la très fructueuse collaboration entre Capcom et Disney dans les années 80-90. Parmi ceux-là, les plus célèbres sont issus de la série des Duck Tales, mais on pourra aussi s’amuser avec Tic et Tac (Chip’n Dale), Super Baloo (Talespin),Aladdin sur SNES ou la Petite Sirène (que je finirai bien par vous tester). La mode étant aux remakes, Duck Tales premier du nom (dans sa version NES) a eu droit à sa mise à jour graphique en 2013, qui semble valoir le coup (je n’y ai pour ma part pas joué).
Le verdict
Jeu GB | Plates-Formes | Edité par Capcom | Sorti en Février 1993
Voir la fiche
7
10