GameTrip : jeux vidéo oldies, tests, dossiers, vidéos

Basketbrawl, un jeu qui n'en a rien à brawler

  2 avis
Jeu Lynx | Beat Them All | Edité par Atari | Sorti en 1992
Voir la fiche
Rendez-vous compte, il aura fallu une forte consultation d'un jeu par les lecteurs de GameTrip pour que je me penche enfin sur la Lynx (non, ça n'est pas sale). Car oui, il me semble n'avoir jamais tenu entre mes mains, habituées aux boutons bordeaux et aux écrans 4 teintes de vert (mes mains sont sensibles à la couleur, je vois pas le problème), cette machine pourtant mythique. Et je ne me suis que très peu essayé à son émulation. Alors, cette entrée en matière, j'en dis quoi?

TLDR

FUN
On tape...
JOUABILITÉ
Ca rame
TECHNIQUE
Limité
NOSTALGIE
Zéro
Basketbrawl, c'est un jeu de basket (si si) fusionné à un brawler (ou Beat them all). Le chat portable d'Atari va donc permettre de distribuer des mandales en faisant des paniers à 3 points.

Mais qu'est ce qu'il vous a pris???

Va prendre cher
Oui, qu'est ce qu'il vous a pris? Pourquoi vous avez à ce point fait tourner ce jeu? (nd Jivé: ces derniers mois, le jeu est le plus consulté de notre base de données de jeux vidéo oldies). Le nom est rigolo? Vous vouliez me faire souffrir? Vous savez que ça fait de vous de mauvaises personnes? Non? Et ben si.

Parce qu'on va être honnête, si ça représente bien la «petite» portable reprise des mains d'Epyx et sortie en 1989, je ne regrette pas d'avoir passé mon enfance avec ma Game Boy (vous ne croyiez quand même pas que je n'allais pas l'évoquer, si?). Bref, voilà du boudin... pardon, parlons du bousin.

Baballe et mandales

Prend cher
L'essentiel du jeu, je l'ai déjà résumé en 2 lignes: du basket et des mandales. Avec un vague scénario de fond. On peut commencer par lire l'arrière de la jaquette (quelque part dans cette page), d'un français approximatif, qui elle aussi résume en 3 lignes l'intérêt du jeu.

Ensuite, les personnages que l'on peut incarner nous sont présentés. Au nombre de 10, ils ont chacun une petite bio sensément rigolote – je dois avoir vieilli. Peu avare en caricature, on nous propose par exemple un nerd qui préfère les devoirs au basket, un surfeur à qui on a piqué sa planche, ou encore un nommé Lee expert en karaté. Chaque personnage a des caractéristiques (puissance, agilité, vitesse, vie), avec des points forts, faibles ou équilibrés. Allez, prenons le surfeur, il est équilibré en tout.

J't'ai cassé

A pris cher
Partons ensuite pour le premier stage, l'école, ou nous sommes invectivés par notre premier adversaire (ennemi?), un écolier – enfin, un éKoLiEr (je fais ce que je peux pour traduire le boyZ) – qui me ferait plus facilement penser à une athlète d'Allemagne de l'Est. Le combat, pardon, le match commence alors. C'est plutôt joli, mais ça rame salement. Et la musique... Oui, parce que, je vous décris les menus, tout ça, mais pendant ce temps, j'ai droit à la musique du jeu. Et c'est pas vraiment un cadeau. M'enfin, revenons à nos boutons.

Lisez vous-même, bande de fainéants
Le jeu se déroule en 1 contre 1, au cours d'un match de 6 (longues) minutes où l'on peut frapper son adversaire – des bonus de force, des couteaux et autres nunchaku peuvent même être ramassés par terre. Amener la vie de son adversaire à 0 le met KO pour quelques secondes, précieuses pour enchaîner les paniers et marquer un max de points. En plus de ça, il y a des spectateurs, qui régulièrement viennent sur le terrain pour frapper l'un ou l'autre baskerbrawler. Le but étant d'avoir un score plus élevé que l'autre joueur à la fin du chrono.

Ca clashe

LE Dude ?
Bon, j'ai perdu avec le surfeur, alors j'ai repris avec Bubba (ça ne s'invente pas), un bonhomme qui tape fort. Le temps de marquer pour 44 points, gagnant face à 28, après au moins 3 mise KO de l'adversaire, voilà Bubba au niveau 2... qui est le même que le premier, mais avec deux adversaires. Et j'ai honnêtement lâché l'affaire là. Déjà que je ne suis pas fan de jeux de basket, mais là, paradoxalement, c'est encore plus chiant malgré l'aspect combat...

Pas clair Jordan

Les GoSsEs de l'éCoLe
Bon alors, on en dit quoi, en définitive, de ce Basketbrawl? Déjà, je me suis plains de la musique de l'écran titre, et pour le coup, le jeu semble m'avoir entendu: il n'y a pas de musique pendant les matchs. Seuls des bips et des blops (mais pas de flashs) accompagnent les matches, au rythme des rebonds de la balle, sapant malheureusement toute tentative d'ambiance au jeu...

La jouabilité est pour le moins moyenne, les personnages se déplaçant à la même vitesse, il est vite difficile de rattraper un adversaire qui a pris la balle. Sans parler des tirs au panier, qui ne demandent aucune adresse, mais qui ratent sans explication un coup sur deux... voire trois sur quatre.

Un match plein de rebondissements
Pour rebondir (!) sur ce que j'écrivais plus haut, les graphismes sont jolis, c'est vrai. Mais ça ne va pas non plus pisser bien loin, les terrains étant assez courts. Soit, il y a quelques détails dans les décors, comme ces grilles un peu abîmées, ou les gars qui s'excitent sur les bords du terrain, avant de venir castagner les joueurs. Mais au final, ça devient vite monotone, quand bien même les terrains varient un peu d'un niveau à l'autre.

Enfin... le jeu aura sûrement de quoi proposer aux amateurs du genre. Il semble assez long et propose des mots de passe. Mais ça ne sera pas pour moi. - Torché le 20/09/2020 à 11h32 par Flappy.
La péroraison
Basketbrawl n'est clairement pas la meilleure façon pour moi de me lancer dans une frénésie Lynx. Joli, mais à la jouabilité crispante et sans musique, l'idée du combat mixé au basket, pourtant bonne, devient vite imbitable. C'est quand même con de mixer deux domaines pourtant dynamiques pour au final n'avoir que du basket mou et du combat mou... Et dans le genre basket délirant, il y avait mieux à l'époque. Si, lisez ce qui suit, la 5ème va vous étonner!
Futur en tailleur
Sur chaque test, l'auteur se met en tailleur pour se poser une ultime question: «avec le recul, aujourd'hui, quel jeu m'a procuré autant de sensation que cet oldie?» Et oui, car dans les années 90 comme 2000 et 2010, le rayon «basket et délire» a été en fait plusieurs fois rempli. Déjà, jetez un œil à la série des NBA Jam, brillant délire sans couteau, mais avec des dunks d’anthologie! Dans des styles un peu différents, il y a aussi eu Ninja Golf, pour marier sport et combat. Plus récemment, Mario, qui malgré sa bedaine n'en finit pas de s'attaquer à tous les domaines (à quand un «Mario ft Nintendogs: Mario brosse toutou»?) nous a fait un Mario Slam Basketball. Même Rayman a eu droit à son mini-jeu de combat/basket, bien plus dynamique que celui testé dans ces lignes!
Le verdict
Jeu Lynx | Beat Them All | Edité par Atari | Sorti en 1992
Voir la fiche
3
10
2 commentaires, ajoute ton avis !
Votre pseudo doit être renseigné.
Votre message doit être renseigné.
MonSavon21/09#2
Moi je viens à chaque fois pour les titres de test et j'avoue être rarement déçu mdr
Benjamin20/09#1
Je crois que j’ai pris plus de plaisir à lire ce test que j’aurais eu en y jouant ! :D A mettre au musée des jeux pourris alors ^^